Prix Goncourt 2020 : Djaïli Amadou Amal chez le Minac

Prix Goncourt 2020 :   Djaïli Amadou Amal chez le Minac

Prix Goncourt 2020 : Djaïli Amadou Amal chez le Minac

L’écrivaine nominée dans la deuxième liste de cette prestigieuse compétition littéraire, a été reçue en audience par le ministre des Arts et de la Culture hier à Yaoundé.

« Valeureuse et talentueuse compatriote ». Le ministre des Arts et de la Culture n’avait que des mots élogieux à l’endroit de « son hôte de marque », l’écrivaine camerounaise de renommée internationale, Djaïli Amadou Amal. Reçue hier en audience par Bidoung Mkpatt suite à sa sélection dans la deuxième liste du prestigieux Prix Goncourt 2020, la femme de lettres qui fait actuellement les gros titres des journaux nationaux et au-delà était accompagnée de son époux, Amadou Baba, et de son éditeur camerounais de la maison Proximité, François Nkéné.

Ce moment de « communion » de près de deux heures, empreint de convivialité entre l’écrivaine, le Minac et ses plus proches collaborateurs, a permis notamment à la demi-finaliste du Prix Goncourt 2020 de marquer sa gratitude à son pays pour les multiples soutiens et la reconnaissance apportés à son travail. Djaïli Amadou Amal s’est dit très satisfaite de porter haut les couleurs de son pays au niveau international, à travers cette prestigieuse compétition littéraire.  La lauréate du tout premier Prix Orange du livre en Afrique en 2019 fait la fierté de son pays et du continent. Son roman à succès « Munyal : Les larmes de la patience », paru en septembre 2017 et désormais réédité sous le titre : « Les impatientes », ne cesse de glaner les victoires. L’écrivaine a avoué la fierté ressentie grâce à cette œuvre qui l’a portée au sommet de sa carrière littéraire.

Publié d’abord au …

Cet article a été écrit et publié en premier par Cameroon Tribune

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Le village Nkolmetet s’est réveillé dans la colère ce 17 mai 2024. Barricades doublés de pneus incendiés en pleine chassée, sur la route reliant Yaoundé à la ville de Mbalmayo. A l’origine, le décès « par balle » d’un chasseur nommé Zang, et plus connu dans la contrée...

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Invalid model provided!