Ensemble, Dialoguons, Bâtissons !
mercredi, 20 janvier 2021 09:48
Plus

    Massacre de Ngarbuh: Human Rights Watch exige « l’équité » avant le procès des soldats prévu le 17 décembre

    Massacre de Ngarbuh: Human Rights Watch exige « l’équité » avant le procès des soldats prévu le 17 décembre

    Alors que le procès de trois soldats accusés d’avoir commis le meurtre de civils à Ngarbuh s’ouvre le 17 décembre, Human Rights Watch a demandé aux autorités camerounaises « d’assurer un procès équitable, la sécurité des participants et de poursuivre tous les responsables ».

    Dans une dépêche, l’ONG dit s’attendre à ce que ce procès soit une étape importante dans la lutte contre l’impunité.

    « Les meurtres de Ngarbuh, le 14 février 2020, ont été l’un des pires incidents d’abus commis par les forces de sécurité camerounaises depuis le début de la crise dans les régions anglophones du pays fin 2016 », lit-on en partie dans la dépêche.

    « Deux soldats et un gendarme ont été arrêtés et accusés de meurtre, incendie criminel, destruction, violence contre une femme enceinte et désobéissance aux ordres. Dix-sept membres d’un groupe d’autodéfense et un ancien combattant séparatiste ont également été inculpés mais sont toujours en liberté. Alors que les officiers supérieurs des forces de sécurité qui peuvent assumer la responsabilité du commandement n’ont pas été arrêtés ou inculpés », relate le même document.

    « Les survivants et les membres de la famille des personnes assassinées à Ngarbuh sont enfin un pas de plus vers l’obtention de la justice », a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse principale sur l’Afrique à Human Rights Watch. « Garantir un procès équitable aux personnes accusées des meurtres – un procès ouvert au public et où tous les participants se sentent convaincus que leur sécurité est garantie – sera crucial pour aider à mettre fin aux cycles de violence et d’impunité qui ont frappé les anglophones. régions au cours des quatre dernières années ».

    Un gouvernement qui a finalement accepté de créer une commission d’enquête

    Human Rights Watch rappelle que le gouvernement a initialement nié que l’armée était responsable des meurtres et « s’est lancé dans une campagne de dénigrement contre les organisations de défense des droits humains et les médias qui avaient dénoncé le massacre ».

    « Mais le 1er mars 2020, suite à la pression internationale, notamment de la France, le président Paul Biya a accepté de créer une commission d’enquête. Le 21 avril, le gouvernement camerounais a admis que ses forces de sécurité portaient une part de responsabilité dans les meurtres et a annoncé en juin l’arrestation des deux soldats et d’un gendarme », a déclaré Human Rights Watch.

    Cet article a été écrit et publié en premier par Villes et Communes

    536FansAimer
    0SuiveursSuivre
    34SuiveursSuivre

    Balle au centre

    19 janvier 202119 janvier 2021 Et voilà! La malédiction du football camerounais a encore frappé. Comme le criminel qui revient toujours sur les lieux...

    CPDM Outlook : 2021 Holds Plenty

    19 janvier 202119 janvier 2021 Looking at the milestones the Party covered last year despite the gloomy context, even greater strides are envisaged during...

    RDPC : La mobilisation, encore et toujours

    19 janvier 202119 janvier 2021 Occupation rationnelle du terrain, animation des organes de base, encadrement et formation politique des militants, doivent lui per- mettre de...
    X
    We beg you, STAY!
    If you leave, a kitten in Cameroon will die... 😹

    Thanks to stay and build The New Cameroon, our beloved country!