Le journal des projets d’investissements 2023 disponible

Le journal des projets d’investissements 2023 disponible
Le journal des projets d’investissements 2023 disponible

Le document qui vise à fédérer les administrations publiques, les partenaires techniques et financiers, la société civile, les CTD et les bénéficiaires à la bonne exécution du Budget d’investissement public, est présent depuis le 18 janvier 2023.

Comme il est désormais de coutume, la publication du journal des projets du Budget d’investissement public (BIP) est officielle depuis début 2023. A l’instar de l’année dernière, ce document produit par le ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), « s’inscrit dans le cadre de la poursuite de l’effort de consolidation budgétaire, en vue d’assurer la soutenabilité à moyen et à long terme des finances publiques, tout en assurant le financement adéquat de la SND30 », précise la note d’information de la cellule de communication du Minepat dont LFA a obtenu copie. Et dans ce contexte, « le BIP 2023 accorde la priorité à l’achèvement et la mise en service des projets en cours et des grands projets de première génération, la relance de la production des spéculations de consommation de masse dans le cadre de la politique d’’import-substitution (Riz, maïs, poisson, lait, produits pharmaceutiques, etc.), la mise en oeuvre des plans présidentiels de reconstruction des Régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord, et le renforcement des ressources dédiées au financement de la décentralisation », poursuit la note d’information.

En 2023, l’enveloppe globale consacrée à l’investissement public est de 1 422,9 milliards de Fcfa en autorisations d’Engagement (AE), contre 1 555,3 milliards de Fcfa en 2022 et 1 386, 8 milliards de Fcfa en Crédits de Paiement (CP), contre 1 479 milliards de Fcfa en 2022, soit une baisse de 2,3% en valeur relative et de 32,3 milliards de Fcfa en valeur absolue, soit 22,1% du budget général. « Cette baisse résulte essentiellement de la reclassification, en faveur des dépenses courantes, de certains projets sur financements extérieurs, jadis considérés comme des dépenses d’investissement », apprend-t-on encore.

Par ailleurs, dans le cadre de l’accélération de la décentralisation, la dynamique d’accroissement des ressources transférées aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) a été maintenue en 2023. Ainsi, en marge des ressources prévues pour la mise en place des régions, le montant total des ressources d’investissement transférées aux Communes est de 114,9 milliards de Fcfa, soit 18,2% des ressources internes ordinaires affectées au BIP 2023. Toutefois, le secteur des infrastructures et celui de la production, qui constituent les principaux secteurs porteurs de croissance et d’emplois, représentent 77,3% du BIP 2023, en adéquation avec la SND30 qui vise la transformation structurelle de l’économie camerounaise. « La structuration du BIP 2023 ainsi décrite, vise à permettre la relance de l’économie, consolider la résilience de notre économie et assurer un développement inclusif et durable, en ligne avec les très hautes prescriptions du Chef de l’Etat », conclu la note d’information du Minepat.

Malgré la volonté du gouvernement de vouloir booster ce chapitre budgétaire, elle enregistre encore des faibles performances au niveau de l’exécution. Selon le Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public tenue le 27 octobre 2022 à Yaoundé, « au 30 septembre 2022, l’exécution physique des projets présente un taux de 56,1% contre 50,9% à la même période de l’exercice 2021, soit une augmentation de 5,2 points. Et « le taux d’engagement quant à lui est de 54,41% contre 52,88% à la même période de l’exercice 2021, soit une hausse de 1,53 points avec un taux de liquidation de 53,23% contre 49,50% à la même période de l’année 2021, soit une hausse de 3,73 points. Le taux d’ordonnancement se situe à 49,86% contre 48,78% à la même période de l’année dernière, soit une hausse de 1,08 point », précise encore la même instance.

Cet article a été écrit et publié en premier par Le Financier d’Afrique

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *