Décès de Martinez Zogo: un véritable choc pour le public et les journalistes

Décès de Martinez Zogo: un véritable choc pour le public et les journalistes
Décès de Martinez Zogo: un véritable choc pour le public et les journalistes

Personne n’arrive à digérer la nouvelle du décès brutal de Martinez Zogo depuis ce dimanche 22 janvier 2023. Les réactions se font entendre.

Entre besoin de justice et douleurs, les camerounais restent consternés par le décès de l’animateur radio Martinez Zogo. La découverte macabre du corps de sans vie, en tenue d’Adam, du chef de chaîne Amplitude FM dimanche 22 janvier 2023, plusieurs jours après sa disparition, provoque une vague d’indignations. Le journaliste présentateur de l’émission quotidienne « Embouteillage » a été assassiné, son corps présente d’importants sévices.

Le public est le premier a être choqué par cette découverte. Sur la toile, les cris et pleurs ne cessent de se faire entendre. Les RIP pleuvent, ainsi que les multiples questions sur les commanditaires de cet acte horrible.

Du côté des confrères de la profession, c’est un raz de marré d’indignation. A l’exemple de Marion Obam, présidente du syndicat national des journalistes du Cameroun qui s’est exprimée sur les antennes de RFI: « C’est pas admissible, inacceptable que les journalistes puissent travailler avec une épée de Damoclès sur la tête, parce qu’il faudra faire attention à ce qu’on dit, à ce qu’on pense, jusqu’à ce qu’on arrive à des décès comme celui-là où le gouvernement ne donne aucune information pendant quatre jours, ce n’est pas acceptable (…) On n’a pas besoin d’ôter la vie à un journaliste pour affirmer sa suprématie. C’est inacceptable, on ne va pas rester muet face à cette ligne de trop qui a été franchie ».

90% des unes des journaux parlent ce matin du décès de l’animateur. Même la presse étrangère en parle. C’est un vrai phénomène médiatique. Amplitude FM son employeur, a déposé deux plaintes contre X pour cette affaire: l’une à la police judiciaire et l’autre au Secrétariat d’Etat à la défense. Toute cette semaine c’est silence radio sur les antennes d’Amplitude.

Le gouvernement camerounais pour sa part « condamne avec la plus grande fermeté, cette attaque dirigée contre un homme des médias et réaffirme que le Cameroun est un Etat de droit où les libertés sont garanties, y compris la liberté de la presse, et où nul ne  peut et ne doit se substituer aux juridictions compétentes pour se rendre justice », peut-on lire dans un communiqué en date du 22 janvier. René Emmanuel Sadi, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête « pour retrouver et traduire devant la justice, les auteurs de ce crime odieux, inqualifiable et inadmissible, et qui ne peut se justifier sous aucun prétexte« .

Martinez Zogo est né le 29 septembre 1972 sous le nom civil d’Arsène Salomon Mbani Zogo. Il débute sa carrière de journaliste à Yaoundé au sein de la Radio Siantou (RTS). Suspendu d’antenne, il quitte la RTS et est recruté par la chaine de Radio Magic FM en 2006. A Magic FM, il lance l’émission Embouteillage, un programme consacré principalement aux dessous des personnalités publiques. En 2011, il quitte Magic FM après 5 années de collaboration et rejoint la radio Amplitude FM, en emportant avec lui son programme Embouteillage. En décembre 2017, il est recruté par la chaine Royal FM qui lui confie le poste de directeur général adjoint n°2 chargé de l’animation. Il quitte Royal FM et retourne à Amplitude FM où il anime sa populaire émission quotidienne Embouteillage et occupe jusqu’à sa disparition le 17 janvier 2023, la fonction de chef de chaine.

Marie Claude

Cet article a été écrit et publié en premier par People 237

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *