Chômage des jeunes: la solution par une croissance plus forte

Chômage des jeunes: la solution par une croissance plus forte

Chômage des jeunes: la solution par une croissance plus forte

Chômage des jeunes: la solution par une croissance plus forte

La question du chômage des jeunes est au cœur des préoccupations du président de la République. Dans la plupart de ses discours, Paul Biya évoque cette problématique, tant le mal est profond. Son message à la Nation du 31 décembre dernier ne déroge pas à la règle. « Un problème qui me tient particulièrement à cœur reste à résoudre. Je veux parler du chômage, et en particulier de celui des jeunes », a-t-il déclaré.

Evoquant ensuite les solutions susceptibles de réduire durablement ce phénomène, le chef de l’Etat a une idée précise sur ce qu’il convient de faire. Bien entendu, a-t-il expliqué, « les services de l’Etat qui sont chargés de trouver des réponses feront ce qu’ils doivent faire.

Mais il faut être conscient que ce fléau social qui touche la plupart des pays de la planète, est étroitement lié au niveau d’activité économique, autrement dit à la croissance. C’est pourquoi nous ferons tout notre possible pour encourager et stimuler le retour de la croissance que nous connaissons actuellement ». Cela signifie qu’il faut agir concomitamment sur deux fronts. Le premier relève de la responsabilité de l’Etat qui, reconnaissons-le, a beaucoup fait ces dernières années, en termes de recrutement des civils et des personnels destinés aux forces de défense et de sécurité.

Cependant, cet effort reste insuffisant, car le nombre de jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail est largement supérieur au nombre de places disponibles dans la Fonction publique. C’est dire qu’il faut davantage chercher la solution au problème du chômage du côté du secteur privé qui, contrairement au secteur public, a la capacité de créer un nombre plus élevé d’emplois, en relation avec le grand potentiel de croissance des activités économiques. Dans cette perspective, les marges de progression en ce qui concerne notamment les opportunités d’emplois que peut générer le secteur privé sont énormes.

Dans le cas du Cameroun, la configuration de l’économie impose une action soutenue dans deux directions. Audelà de la controverse sur le taux de chômage, il faut combattre le sous-emploi (associé à l’informel agricole et non agricole) parce qu’il touche plus de 70% de la main d’œuvre et offre des emplois précaires, très peu productifs et peu rémunérés.

Puis, créer des conditions pour que le secteur structuré de l’économie qui occupe moins de 10% de la main d’œuvre depuis les années 90, puisse être effectivement le principal pourvoyeur d’emplois. La Banque mondiale qui a analysé ce phénomène suggère qu’il faut à la fois accroître la productivité et les revenus de celles et ceux qui travaillent déjà dans les exploitations familiales et les entreprises du secteur informel non agricole pour réaliser une croissance économique plus solidaire.

Tout en créant, bien sûr, de nouveaux emplois. Pour rendre cela possible, il faut mettre en place un système d’éducation et de formation performant, car celui-ci est essentiel pour l’accroissement de la productivité de la main d’œuvre. Un enseignement technique et professionnel de qualité permet de se doter de comp&eacut…

Cet article a été écrit et publié en premier par Cameroon Tribune

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Le village Nkolmetet s’est réveillé dans la colère ce 17 mai 2024. Barricades doublés de pneus incendiés en pleine chassée, sur la route reliant Yaoundé à la ville de Mbalmayo. A l’origine, le décès « par balle » d’un chasseur nommé Zang, et plus connu dans la contrée...

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Invalid model provided!