CAMEROUN :: Un instituteur aux arrêts pour viol sur mineure à Ebolowa :: CAMEROON

CAMEROUN :: Un instituteur aux arrêts pour viol sur mineure à Ebolowa :: CAMEROON
CAMEROUN :: Un instituteur aux arrêts pour viol sur mineure à Ebolowa :: CAMEROON

Jules Adrien Belinga, 65 ans environ entretenait des rapports sexuels avec Félicité la nièce de son épouse depuis que cette dernière a 10 ans.

Le poste de police d’Ebolowa Si 2 a été pris d’assaut ce samedi, 21 janvier 2023 par une foule en furie prête à en découdre avec l’instituteur principal à la retraite Jules Adrien Belinga. Le suspect est aux arrêts depuis 17h30 ce samedi soir. L’instituteur principal à la retraite d’après une source proche de l’enquête, est accusé d’entretenir des rapports sexuels avec la nièce de son épouse depuis que cette dernière a 10 ans, aujourd’hui âgée de 13 ans.

D’après Diderot Ze Ntolo, ancien collègue du suspect, instituteur à la retraite et grand-père de la fillette, « lorsque la mère de Félicité est décédée alors que cette dernière avait un an, elle a été remise à sa tante, petite soeur de sa mère, épouse de Jules Adrien Belinga ». Diderot Ze Ntolo poursuit, « la fillette a grandi dans ce foyer et dès qu’elle a atteint l’âge de 10 ans, Jules Adrien Belinga, son tuteur, mari de sa tante a commencé à entretenir des rapports sexuels avec elle ».

Le grand-père de la fillette ajoute : « le suspect profitait des moments d’absence de son épouse à la maison pour entretenir des relations sexuelles avec la fillette. Parfois, il la portait sur la moto, l’emmenant dans un bosquet pour entretenir des relations sexuelles avec cette dernière ».

Ce samedi soir, Diderot Ze Ntolo, grand-père de la fillette s’apprêtait à emmener sa petite fille à l’hôpital pour des examens médicaux. Quant à Jules Adrien Belinga, l’instituteur à la retraite du village Akok-tala par Ngoulemakong, il médite actuellement son sort au poste de police d’Ebolowa Si 2 en attendant d’être déféré au parquet. Tard dans la soirée, il était toujours assis à même le sol au poste de police hué et insulté par une foule en furie que les quelques policiers du poste avaient du mal à contenir.

Depuis l’extérieur, la foule ne cessait de crier, « à mort les violeurs, remettez le nous qu’on en finisse avec lui ». Le suspect est marié et père d’enfants d’après une source proche de l’enquête.

Cet article a été publié sur Camer.be

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *