Assainissement: la création de centres d’état civil secondaires suspendue

Assainissement: la création de centres d’état civil secondaires suspendue

«…La création s centres d’état civil secondaires est suspendue sur toute l’étendue du territoire national, à compter de la date de signature du présent communiqué ». C’est la substance d’un communiqué rendu public ce 16 mai 2024 et signé du ministre de la Décentralisation et du développement local (Minddevel). Georges Elanga Obam justifie son acte par « les travaux de recensement en cours des centres d’état civil secondaires ». On apprend que ce recensement vise à toiletter le fichier des centres d’état civil secondaires qui visiblement pullulent sur le territoire mais ne sont pas tous fonctionnels. Le Minddevel devrait entre autres rechercher « les causes de leur non fonctionnalité, les informations sur les officiers et secrétaires d’état civil, les distances séparant les centres d’état civil principaux des centres d’état civil secondaires, la distance séparant un centre d’état civil secondaire d’un autre,… ». Par ailleurs, le Minddevel va s’atteler à étudier la densité de la population de chaque commune et son niveau d’enclavement.

Lors du premier Forum national des maires qui a focalisé l’attention sur cette question, il a été relevé que certains centres d’état civil secondaires ne fonctionnement pas du fait que les officiers d’état civil commis à la gestion de ces centres accusent un problème de motivation et de rentabilité. Et du coup, délaissent lesdits centres pourtant ouverts pour rapprocher le service dont la gratuité n’est pas toujours un motif d’encouragement des parents, des populations, notamment dans les zones enclavées ou distantes des centres principaux d’état civil.

4 millions d’enfants non enregistrés

Certes la suspension n’est pas totale, et en fonction des circonstances, le ministère en charge de la question peut e, créer, mais c’est sur la base des informations obtenues au terme de ce travail de terrain que la suspension sera levée. Alors « le Minddevel [pourra] mieux orienter à l’avenir la création des centres d’état civil secondaires, en privilégiant les communes les plus nécessiteuses», envisage le Minddevel.

L’objectif de ce travail de toilettage du fichier des centres d’état civil secondaires est « de booster l’enregistrement des naissances sur toute l’étendue du territoire national». Le gouvernement et ses partenaires, en l’occurrence l’Unicef, sont engagés dans une campagne de sensibilisation des populations à l’établissement d’actes de naissance aux enfants. Après avoir constaté que des centaines de milliers d’enfants dont certains déjà inscrits à l’école, n’ont pas d’identité, parce que ne disposant pas d’actes de naissance. Les chiffres non actualisés rendus publics par l’Unicef font état de ce qu’en 2018, le Cameroun comptait 13 millions d’enfants dont plus de 4 millions non enregistrés dans le fichier de l’état civil. Et parmi les enfants scolarisés en 2024, un million cinq cent mille de disposent pas d’actes de naissance dont 76 mille devant présenter des examens et concours en fin d’année. Dans la masse des Etats africains engagés dans l’initiative « Mon nom est personne », le Cameroun entend faire de l’année 2024 l’année de l’enregistrement des naissances, et surtout devenir le champion continental de l’enregistrement des naissances.

– Publicité –

Cet article a été écrit et publié en premier dans la rubrique Décentralisation de ce média camerounais de référence

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Le village Nkolmetet s’est réveillé dans la colère ce 17 mai 2024. Barricades doublés de pneus incendiés en pleine chassée, sur la route reliant Yaoundé à la ville de Mbalmayo. A l’origine, le décès « par balle » d’un chasseur nommé Zang, et plus connu dans la contrée...

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Invalid model provided!