Afriland First Bank : itinéraire d’une banque panafricaine devenue incontournable

Afriland First Bank : itinéraire d’une banque panafricaine devenue incontournable

Rien ne semble l’arrêter dans son hégémonie de 1986 jusqu’à ce jour. En 2022, Afriland First Bank a augmenté son capital de 20 milliards de Fcfa à 50 milliards. Un véritable coup de maître pour cette banque créée par Paul K Fokam. En effet, c’est en 1986 qu’a lieu l’enregistrement de cette structure financière comme société à responsabilité limitée avec à la clé le dépôt d’un capital de 300 millions de Fcfa. A cette époque, le projet fut salué, ce d’autant plus que la banque voit le jour au milieu de la crise internationale des produits de base et des faillites bancaires. De fil en aiguille, la structure tisse sa toile dans le monde la finance. Un an plus tard, elle obtient l’agrément de banque commerciale. En 1988, le jeune établissement bancaire lance ses activités à Yaoundé, puis en 1995, elle ouvre son immeuble siège situé à Yaoundé-Hippodrome.

LIRE AUSSI : Secteur bancaire : Afriland First Bank a injecté 1013 milliards dans l’économie à fin 2022

En 2002, Afriland First Bank renforce son ancrage dans l’identité africaine et s’installe en Guinée Equatoriale pour créer la CCEI BANK, la première et seule banque du pays d’alors. En 2008, est créée Afriland First Group en Suisse. Une société faitière qui a pour vocation de combler le besoin d’une politique générale identique dans toutes les banques du réseau et définit le cadre d’une politique d’extension plus volontariste, selon ses dirigeants. En 2010, Afriland First Bank conduit avec panache l’emprunt obligataire de 200 milliards de Fcfa au taux de 5,6%, le taux de souscription s’élève à 120%, pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître pour cette banque qui devenue incontournable dans le pays financier au Cameroun. En 2017, elle augmente son capital de 15,8 à 20 milliards de Fcfa.

Digitalisation

La transformation digitale d’Afriland First Bank débute en 2018, notamment avec le développement de l’application de banque digitale Sara. Une mutation qui a connu un succès éclatant car le bilan total de la banque va franchir le cap de 1000 milliards de Fcfa. En 2019, crée Afriland Bourse et investissement, une filiale aussitôt agréée par la Commission de supervision des marchés financiers (Cosumaf) pour mener trois grandes catégories d’activités à savoir les financements structurés, l’intermédiation boursière et l’ingénierie financière. Par ailleurs, Afriland First Bank introduit des terminaux cash deposit et permet à ses clients d’effectuer leurs opérations de dépôt de façon autonome et en toute sécurité.

LIRE AUSSI : crédit bail: Afriland aux côtés des transporteurs

En 2021 lancement la banque élargit son réseau panafricain en Ouganda. Actuellement, elle est présente dans 9 pays africains et compte également trois bureaux de représentations à Pekin, Pointe noire et Paris. La banque continue son maillage territorial, au premier trimestre 2023- notamment le 15 mars-, la banque a effectué sa toute première émission des titres de créances négociables sur le marché des titres de la Banque des Etats de l’Afrique centrale. Cette opération inaugurale porte sur les bons à moyen terme négociable à 7 ans de maturité. Le montant de 20 milliards de Fcfa recherché auprès des investisseurs a été levé sans grande peine.

Afriland First Bank pourrait très boucler, selon ses dirigeants, avec succès la première émission des titres de créances négociables de l’Afrique centrale, dès la 2ème étape de l’opération qui aura lieu au deuxième semestre 2023. Entretemps la banque se déploie également dans le social.

LIRE AUSSI : Afriland : déjà près de 150 milliards de garantie accordées

– Publicité –

Cet article a été écrit et publié en premier dans la rubrique Décentralisation de ce média camerounais de référence

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Nkolmetet : un policier abat un homme – News du Cameroun

Le village Nkolmetet s’est réveillé dans la colère ce 17 mai 2024. Barricades doublés de pneus incendiés en pleine chassée, sur la route reliant Yaoundé à la ville de Mbalmayo. A l’origine, le décès « par balle » d’un chasseur nommé Zang, et plus connu dans la contrée...

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Invalid model provided!