Ensemble, Dialoguons, BĂątissons !
mercredi, 3 mars 2021 10:08
Plus

    🇹đŸ‡Č Les gagnants et les perdants du collectif budgĂ©taire

    🇹đŸ‡Č Les gagnants et les perdants du collectif budgĂ©taire

    Le second semestre de l’exercice budgĂ©taire risque d’ĂȘtre bien difficile pour nombre d’administrations publiques. Du moins, l’ordonnance du 03 juin 2020 modifiant et complĂ©tant certaines dispositions de la loi du 24 dĂ©cembre 2019 portant loi de finances de la RĂ©publique du Cameroun pour l’exercice 2020 a Ă©tĂ© sans pitiĂ© pour tous les dĂ©partements ministĂ©riels. Principale information Ă  retenir de cet important acte du chef de l’Etat : la baisse du budget de l’Etat pour l’exercice 2020 qui passe de 4951,7 milliards Ă  4409 milliards de FCFA, soit une diminution de 542,7 milliards de FCFA correspondant Ă  un taux de variation de 11%.

    Si l’AssemblĂ©e nationale (20,682 milliards de FCFA), le SĂ©nat (15,162 milliards) et Elections Cameroon (10,683 milliards) l’ont Ă©chappĂ© belle, pour tout le reste, c’est la diĂšte. Ainsi, le ministĂšre des Travaux publics se soit amputĂ© de 80 milliards de FCFA, la plus grosse coupe de ce collectif budgĂ©taire. Il est suivi du ministĂšre de l’Habitat et du dĂ©veloppement urbain (-35,66 milliards), le ministĂšre de la SantĂ© (-27,42 milliards), le ministĂšre de l’Eau et de l’Energie (-21,9 milliards), le ministĂšre de l’Agriculture et du dĂ©veloppement rural (-18,2 milliards), le ministĂšre des Postes et TĂ©lĂ©communications (-14,3 milliards), le ministĂšre des Enseignements Secondaires (-13,86 milliards), le ministĂšre de l’Economie, de la Planification et de l’AmĂ©nagement du territoire (-12,4 milliards), la prĂ©sidence de la RĂ©publique (-11 milliards) et le ministĂšre des Sports et de l’Education physique (-10,31 milliards). Avec 9,29 milliards en moins dans son enveloppe initiale, le ministĂšre de l’Education de base se situe au 11e rang des dĂ©partements qui ont subi les coupes les plus importantes. A peine pire que le ministĂšre de la DĂ©fense (-9 milliards) et la DĂ©lĂ©gation gĂ©nĂ©rale Ă  la SuretĂ© nationale (-8,79 milliards).

    >>Lire aussi-Le coronavirus impose le report des investissements dans le secteur privé

    D’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale, cette ordonnance consacrĂ© la diminution des dĂ©penses programmĂ©es. Toutes les administrations ont subi une baisse d’environ 20% de leurs dotations budgĂ©taires. L’Etat fait des Ă©conomies au niveau du service de sa dette, notamment le remboursement de la dette extĂ©rieure bilatĂ©rale (-98, 2 milliards), les dĂ©penses en capital (-242 milliards) et les dĂ©penses courantes (-202,452 milliards).

    De mĂȘme, les projections tablent sur une baisse d’environ 768 milliards de FCFA et cette baisse affecte toutes les composantes des recettes, qu’elles soient fiscales, douaniĂšres ou non fiscales. En particulier, les recettes pĂ©troliĂšres baissent de prĂšs de 70% car le gouvernement a fait bĂąti le budget initial sur une hypothĂšse d’un cours du baril du pĂ©trole Ă  54,54 dollars alors que le cours du baril se situe Ă  35 dollars, aprĂšs avoir chutĂ© entre-temps jusqu’à pratiquement 0 dollar, il y a un mois.

    >>Lire aussi-Coronavirus : quel fonds de soutien pour les PME ?

    RĂ©cession

    Cette chute des recettes est due Ă  la baisse des recettes fiscales (-587,353) tirĂ©es par les « ImpĂŽts sur la valeur ajoutĂ©e et le chiffre d’affaires » (-298 017), les « ImpĂŽts sur des produits dĂ©terminĂ©s et droits d’accises » (-69 022), les « Droits et taxes Ă  l’importation » (-68,411 milliards), les « ImpĂŽts sur le revenu des personnes physiques » (-40,794), les « ImpĂŽts sur le bĂ©nĂ©fice des sociĂ©tĂ©s pĂ©troliĂšres » (-39,947). En outre, les autres recettes, ne se portent pas mieux. Ainsi, les « Revenus du secteur pĂ©trolier » dont les prĂ©visions initiales tablaient sur 468 milliards de FCFA seront finalement trĂšs en deçà de cet objectif. Ils sont maintenant estimĂ©s Ă  286,7 milliards de FCFA soit une baisse de 181,3 milliards.

    D’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale, explique le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, « les projections Ă©conomiques que le gouvernement a rĂ©alisĂ© table sur le fait que l’économie camerounaise est entrĂ©e en rĂ©cession au cours de l’exercice 2020 et notre croissance va connaĂźtre une baisse d’environ cinq points. Donc au lieu d’une croissance projetĂ©e dans la loi des finances initiale de 4%, nous projetons, en fin d’exercice, une rĂ©cession pour une croissance du PIB nĂ©gative de -1,1%. »

    Quant au dĂ©ficit budgĂ©taire, le ministre des Finances le considĂšre comme un « changement mineur ». ProjetĂ© Ă  -1,7% dans la loi de finances initiale, il devrait se situer dĂ©sormais Ă  -4,5% Ă  la fin de l’annĂ©e.

    Enfin, cette ordonnance a pris en compte les allĂšgements de dettes accordĂ©s par les partenaires au dĂ©veloppement, budgĂ©tisĂ©s Ă  118 milliards de FCFA. D’ailleurs, « c’est cet avantage qui nous a donnĂ© la possibilitĂ© d’abonder le Fonds spĂ©cial de solidarité », prĂ©cise Louis Paul Motaze.

    >>Lire aussi-Coronavirus : le Coronavirus menace de plonger le Cameroun dans la récession

    Cet article a été écrit et publié en premier par Ecomatin

    536FansAimer
    0SuiveursSuivre
    34SuiveursSuivre

    CIRCULAR LETTER No. 001/RDPC/SG OF MARCH 2, 2021 RELATING TO THE POLITICAL BASIC...

    THE SECRETARY GENERAL OF THE CENTRAL COMMITTEE TO ALL: Heads of the Permanent Regional and Departmental Delegations of the Central Committee;Presidents of the CPDM, WCPDM,...

    LETTRE CIRCULAIRE N° 001/RDPC/SG DU 2 MARS 2021 RELATIVEAUX OPERATIONS DE VALIDATION DES SOMMIERS...

    LE SECRETAIRE GENERAL DU COMITE CENTRAL Aux Chefs des Délégations Permanentes Régionales et Départementales du Comité Central ;Présidents et Présidentes des Sections RDPC, OFRDPC, OJRDPC ;Militants...
    X
    We beg you, STAY!
    If you leave, a kitten in Cameroon will die... đŸ˜č

    Thanks to stay and build The New Cameroon, our beloved country!