Ensemble, Dialoguons, Bâtissons !
dimanche, 20 septembre 2020 07:59
Plus

    « L’État devrait commencer par payer tous les arriérés de factures des PME.

    Interview

    « L’État devrait commencer par payer tous les arriérés de factures des PME »

    Auteure de « PME camerounaises et développement durable : défis, fondements, stratégies », l’ancienne titulaire du poste de directeur général adjoint de l’Institut supérieur de management public (ISMP) a évalué les aides publiques à l’entrepreneuriat au Cameroun entre 1970 et 2000. À partir de cette expérience, la professeure associée à Yale University, aux États-Unis, irrigue la réflexion sur les appuis que le gouvernement pourrait apporter aux PME fragilisées par la pandémie de Covid-19.

    En temps ordinaire, les PME ont déjà une durée de vie très limitée. À quoi peut-on s’attendre avec le ralentissement de l’activité économique dicté par la pandémie de Covid-19 ?

    Il est évident que l’un des impacts économiques du Covid-19 est la faillite ou au moins les difficultés financières des entreprises. Cette réalité valable pour les grandes entreprises, l’est encore plus pour les PME déjà fragilisées par la nature de leurs activités dont la proximité est l’une des caractéristiques. Elles sont le plus souvent sous-traitantes des grandes entreprises ou productrices des biens et services dans un territoire précis. La proximité qui est leur première caractéristique est celle qui est combattue pour éviter la propagation du virus : fermeture des frontières, annulation de plusieurs évènements sportifs et culturels, fonctionnent à temps partiel de certains commerces, respect d’une distanciation sociale dans l’offre de service, autant de décisions qui impactent directement sur le chiffre d’affaires des PME.

    Que peuvent faire les chefs d’entreprises pour limiter la casse ?

    À l’évidence, il y a des pans d’activités qui pourraient disparaître, il y a des PME qui pourraient réorienter leurs activités, il y en a également qui vont continuer leurs activités habituelles. Quoi qu’il en soit, la PME étant très marquée par la personnalité de son dirigeant aura un destin à la hauteur de ses capacités et de son ambition.

    Dans la littérature, l’on distingue l’entrepreneur PIC préoccupé par la pérennité de son entreprise tout en conservant l’indépendance de son capital. Sur les trois priorités retenues par Marchesnay, il présentera la priorité suivante : pérennité, indépendance et croissance. Par réflexe, pour éviter la casse, ce type d’entrepreneur va fidéliser ses clients et ses fournisseurs. Il aura une démarche qui tend à protéger les acteurs de sa pérennité. Ce type d’entrepreneur est différent du CAP qui donne la priorité à la croissance, à l’autonomie et enfin à la pérennité. Ses premières actions seront de savoir quels sont les « bons coups » qu’il peut réaliser. Plus enclin à ouvrir son capital et plus flexible, ce type d’entrepreneur aura tendance à s’ouvrir aux nouvelles opportunités d’affaires et mobiliser les fonds de toutes parts pour maintenir l’activité.

    Reconnaissons qu’il s’agit de deux profils différents qui vont se déployer avec des motivations différentes. Alors que le premier (PIC) pourrait accepter des appuis qui visent à rassurer ses principaux partenaires avec l’obsession de garder l’autonomie de son activité, le deuxième (CAP) visera les offres financières et les opportunités d’affaires. Quoi qu’il en soi, en période de crise comme c’est le cas, les entrepreneurs ont besoin d’appui et le plus souvent c’est la demande en appui financier qui fait grand écho.

    Gel des engagements, exonérations fiscales, création d’un fonds de garantie souveraine… les appels en direction de l’État se multiplient. Quel est l’appui le plus efficace que celui-ci peut apporter aux PME ?

    Une question à se poser est de savoir pourquoi le recours à l’État ? Bien qu’évidente, la réponse à cette question n’est pas si simple. Il n’existe pas d’encadrement juridique à ma connaissance qui indique l’appui que l’État est en droit d’apporter aux PME en situation de crise. Toutefois, il faut reconnaître qu’il s’agit d’une catégorie particulière d’acteurs économiques dont la fragilité ne facilite pas les transactions avec le marché (marché financier ou banque commerciale) mû par le gain financier. Les préoccupations des PME posent la question du financement de l’entrepreneuriat en contexte de développement et pour le cas actuel, en contexte de crise sanitaire.

    Dans ce contexte, ce sont les outils de la finance entrepreneuriale qui sont mobilisés, les acteurs économiques concernés ne remplissant pas toujours les conditions qui leur permettent de solliciter l’appui du marché. L’objectif de la finance entrepreneuriale est de tenir compte des spécificités de l’entrepreneur et de la PME dans les problématiques financières. Elle s’oppose aux hypothèses de la finance classique dont le but est d’optimiser le portefeuille d’actifs de l’entreprise à travers le principe d’allocation optimale des ressources dans un marché parfait et dans un contexte de gestion avec une séparation entre propriétaires et dirigeants. Bien plus, les entrepreneurs sollicitant l’appui de l’État ont des profils divers. Il ne s’agit pas toujours de l’entrepreneur schumpétérien innovateur. C’est cette spécificité qui justifie que l’État soit interpellé considérant que la promotion des PME est une politique publique prônée par l’État.

    Tous les appuis sollicités par les PME sont nécessaires, mais n’ont pas la même efficacité. L’évaluation de la politique d’aide aux PME de 1970 à 2000 a démontré que les aides les plus efficaces sont celles qui apportent un appui aux charges de la PME et notamment les exonérations fiscales. En ce qui concerne les engagements, il faut bien savoir de quels engagements il s’agit. Si l’État peut en faire des gels ou exonérations ce serait intéressant. Mais s’il s’agit des engagements vis-à-vis des tiers (personnels, fournisseurs, banques…), le mécanisme serait plus complexe. L’État peut aussi se porter garant auprès des banques commerciales pour accompagner l’activité des PME.

    Justement, Ecam demande la création d’un fonds de garantie souveraine « permettant de couvrir les engagements compromis auprès des banques pendant la crise et d’en assurer le suivi et le recouvrement après la crise ». Pensez-vous qu’un tel dispositif est pertinent ?

    C’est une idée intéressante, mais toutes les PME ne peuvent pas être éligibles à ce mécanisme et tous les engagements ne peuvent pas être concernés. S’il faut rester strict et adresser les difficultés du fait de la crise du Covid-19, une analyse des engagements des PME sera faite. Il sera difficile de vouloir résoudre les problèmes structurels des PME à travers cette crise. Par contre, la crise donne l’opportunité d’amorcer une véritable réforme dans ce domaine.

    Sans vouloir comparer les contextes qui sont sans doute différents, il est difficile de résister à l’envie de ne pas apprécier le dispositif d’aide publique aux PME qui avait cours dans les années 70 à 90. Il s’agissait d’un bouquet complet qui allait de l’appui à la création, au démarrage, au développement. Les appuis financiers directs ou en garantie n’étaient qu’une partie du dispositif. Aujourd’hui, l’agence des PME et les Centres de formalité et de création des entreprises (CFCE) remplacent l’appui technique (montage du dossier, aide à l’élaboration des plans d’affaires, à la compréhension de la fiscalité). Cette action est complétée par les activités de l’agence de promotion des PME. La banque des PME était censée apporter l’appui financier direct, il n’existe pas de fonds de garantie et très peu d’exonérations fiscales. Pour améliorer la capacité de financement des PME, à l’époque l’État avait obtenu des banques qu’elles offrent aux PME des crédits aux taux préférentiels. La politique d’incitation à l’investissement est moins agressive et son impact mitigé.

    Quelles devraient être les conditions pour bénéficier d’un tel instrument ?

    Un tel instrument relève d’une volonté de l’État d’apporter un appui exceptionnel aux PME. Il s’agit donc plus d’une décision politique que technique. En effet, l’investissement dans ce secteur vise des objectifs qui ne sont pas ceux de la rentabilité financière. Il s’agit d’une politique visant à sauver les emplois d’un secteur, à faire du sauvetage peut être à fonds perdus. Mais c’est tout à fait envisageable. Si on peut construire des stades de football à coup de milliards de FCFA, il est fort pertinent que l’État consacre des efforts d’une égale importance voire plus pour un secteur aussi vital à son économie. C’est donc une question de priorité et d’engagement politique. La crise sanitaire nous  impose sans doute de revoir nos vraies priorités.

    Au regard des expériences antérieures, quels types de défis managériaux posent ce type d’instrument ?

    L’évaluation du dispositif des aides publiques à l’entrepreneuriat de 1970 à 2000 a révélé que deux défis managériaux sont à prendre en compte : l’opportunisme des acteurs (entrepreneurs et agents publics) et le dispositif de contrôle. Qu’il s’agisse des garanties ou des prêts directs, l’on a observé des comportements déviants qui ont contribué à plomber le dispositif. L’environnement actuel est ressemblant à celui de cette période à bien des égards.

    Ecam propose que la gestion de ce fonds soit « coordonnée collégialement par les représentants des autorités publiques, des autorités monétaires, du secteur privé et des partenaires au développement ». Cela est-il suffisant pour garantir l’efficacité d’un tel instrument ?

    Pourquoi s’encombrer d’autant d’acteurs ? Ce n’est pas la multiplicité des acteurs qui assainit le dispositif c’est la qualité de leurs actions. Il convient d’avoir dans le cadre de la gestion d’un capital, les acteurs qui assument le risque résiduel (qui assument la perte ou le gain). À mon sens, et en l’état actuel, au lieu de disposer d’un fonds de garantie, l’État peut servir de garanties auprès des banques commerciales à la même hauteur. L’opportunisme des décideurs et des entrepreneurs, d’une part, et la qualité du contrôle, d’autre part, ne garantissent pas le succès de cette initiative.

    Que faut-il faire d’autre ?

    Si nous sommes d’accord que nous ne pouvons pas nous passer du facteur de production et que les PME constituent l’essentiel du tissu économique, alors il faut en faire une priorité. Je pense que l’État devrait commencer par payer tous les arriérés de factures des entreprises et particulièrement des PME et prendre l’engagement de les payer dans les délais réduits (45 jours). C’est une décision qui peut être prise à court terme. L’on observe que la commande publique mobilise plusieurs PME, ce serait plus important pour les PME qui sont déjà en activité et qui réussissent à avoir un marché. Cette attention est une priorité qui devrait figurer parmi les décisions de la riposte au Covid-19.

    De même, il conviendrait de mener une véritable lutte contre la corruption et la concussion qui plombent le dispositif de la commande publique. Pourquoi mobiliser un fonds de garantie supplémentaire alors qu’il est possible de mobiliser plus d’argent en limitant la corruption dans le secteur de la commande publique ? C’est le moment d’engager des réformes structurelles au lieu d’envisager de mettre en place des mécanismes simplistes qui contribuent à plomber le budget (de plus en plus réduit).

    À moyen terme, l’État pourrait revoir l’ordre de ses priorités, après la santé et la sécurité on verrait bien les PME avant l’éducation. Il serait souhaitable que le dispositif actuel d’accompagnement des PME soit plus connecté et mieux structuré. En effet, il y a un lien entre l’entrepreneuriat et les niveaux de développement. L’entrepreneuriat de premier stade qui caractérise une majorité d’entrepreneurs par « nécessité » serait le cas des pays en développement (comme le Cameroun) ; le stade intermédiaire représente les pays émergents tandis que la phase ultime représente les pays industrialisés caractérisés par l’entrepreneuriat d’opportunité.

    Il est alors suggéré aux pays en développement de concentrer leurs efforts à instaurer des environnements institutionnels et macroéconomiques stables et engager des politiques publiques qui facilitent l’absorption des transferts de technologie et des savoir-faire. Les pays émergents devraient agir sur les politiques d’innovation et les pays industrialisés gagneraient à stimuler l’éducation entrepreneuriale, l’investissement et le commerce international. Si on peut nuancer cette hiérarchisation des priorités, il apparaît néanmoins nécessaire de cibler, à chaque étape, les actions qui assureraient plus d’efficacité.

    Interview réalisée par René Ombala

    Cet article a été écrit et publié en premier par le Pr Viviane Ondoua BIWOLE

    LAISSER UNE RÉPONSE

    SVP, laissez votre commentaire
    SVP, entrez votre nom ici

    *

    code

    533FansAimer
    2SuiveursSuivre
    25SuiveursSuivre

    Mobilité urbaine à Douala: Un système de bus rapides en vue pour 2021

    Une note publiée par les chercheurs à la Banque mondiale fait état que le Cameroun va soumettre un projet de bus rapide à Douala...

    Dès le 01er octobre 2020, Facebook va imposer à ses abonnés la TVA de 19,25% sur la vente des...

    – Evolution majeure dans la facturation des publicités Facebook au Cameroun. A compter du 1er octobre 2020, tous les annonceurs dont le pays...

    Élections régionales 2020: Ce sera le 6 Décembre

    Les élections régionales  sont prévues par la Constitution de 1996, mais n’ont jamais eu lieu. Elles sont désormais annoncées pour le 6 décembre 2020,...
    X
    We beg you, STAY!
    If you leave, a kitten in Cameroon will die... 😹

    Thanks to stay and build The New Cameroon, our beloved country!